L’exposition AtWork New York « Où est le Sud? » après du l’Africa Center

AtWork New York workshop at the Skowhegan School of Painting and Sculpture

Nous sommes heureux de vous annoncer que l’exposition AtWork New York « Where is South? » a été inaugurée la nuit dernière auprès de l’Africa Center à New York.

Les œuvres qui ont rejoint la précédente exposition « I had a dream » ont été réalisées pendant les cinq jours du workshop intensif qui s’est tenu à l’école de peinture et de sculpture Skowhegan à Chelsea et qui a été conduit par le commissaire et conseiller Simon Njami pour un groupe de 23 jeunes talents créatifs newyorkais. Le workshop a fait démarrer l’AtWork Tour 2019 « Where is South? ».

Le commentaire d’une participante du workshop, Yohana Zecarias, dans son introduction au catalogue de l’exposition :
« 23 personnes sont venues dans un sous-sol à New York City le 30 mai 2019 en pensant qu’elles allaient recevoir des carnets sur lesquels écrire et explorer le sens du sud. Certains étaient des artistes, d’autres des étudiants, certaines étaient des exploratrices, certains étaient perdus. Certains parlaient anglais, d’autres le français, certains parlaient silence, d’autres l’espagnol, le pidgin ou l’italien. Là, Simon Njami, qui parle tout, nous a rencontrés.

Yohana Zecarias @ AtWork New York

Se métamorphosant entre un critique d’art et un shaman, Njami nous a posés des questions qui nous ont immédiatement fait aller au dedans de nous-mêmes, nous ont fait revenir dans le ventre originel et jusqu’au bout du sud.
Where is South? Où est le sud? Nous étions supposés interroger l’endroit, autant littéral qu’abstrait, d’une direction qui a été chargée de sens à travers la politique et une objectivité manipulée. Le sud est une direction cardinale à la limite. Au plus, c’est le point de départ de notre devenir. L’espace où nous avons commencé. Le lieu que nous avons laissé. Jour après jour, nous avons sculpté notre récit, en éliminant des couches de performance, de politique, de masques et de confusion qui ont été créées et imposées par nous-mêmes et par d’autres, avec le résultat d’offusquer notre espace d’origine.
Ce que nous avons trouvé au-delà de la gymnastique intellectuelle linguistique était une vulnérabilité qui a ébranlé nos mensonges compliqués et qui s’est dirigée vers nos vérités d’êtres, d’amour, vie et mort. Même à travers des langues disparates, nous avons été capables de chercher tout un chacun en nous-mêmes, de nous aider mutuellement à nous rappeler ce qui a été cassé et ce qui a été perdu.

Chaque œuvre de cette exposition est reliée à un livre. Le livre a été notre premier matériau. Nous avons utilisé tous les outils nécessaires et tous les moyens nécessaires, afin d’exprimer le sud que nous ne pouvions pas voir. Afin d’extraire le sud qui a commencé avec nous.

23 personnes ont laissé le sous-sol le 3 juin 2019 non pas avec un livre mais avec une vision et une expression de leur sud. Nous détenions le pouvoir de la définition, et avec cela nous avons re-écrit les histoires de la création qui nous plaçaient au point de départ. Pour quelle raisons nous maintenons des histoires et des significations qui nous ne regardent plus, des narrations qui nous empêtrent et nous traquent? Pour être libres il nous faut tout d’abord comprendre ce qui nous limite.  »

L’exposition, co-curatée par les participants Dalaeja Foreman et Vasilis Onwuaduegbo, restera à l’ Africa Center jusqu’au 21 juillet. Passez la voir si vous êtes à New York and restez à l’affût des prochaines nouvelles concernant la tournée AtWork « Where is South? ». Le prochain chapitre aura lieu à Libreville, au Gabon!

Partager