AtWork Libreville : la voix de la nouvelle génération

Bignoumba Eunice, AtWork Libreville 2019, Moleskine Foundation Collection

 » Ce sera la première fois que des jeunes gens pourront exposer leurs œuvres à Libreville  » me raconte Claude Bunny-Massassa à quelques jours du workshop alors que nous marchions le long de la plage. »Tu veux dire la première exposition AtWork?, je demande un peu confuse. « Non, je veux dire la toute première grande exposition publique ».

C’est difficile de vraiment apprécier combien le fait d’amener le format éducatif AtWork dans un pays comme le Gabon soit important, jusqu’au moment où tu te retrouves nez à nez avec le contexte local. Dans l’une des cinq villes les plus chères du continent africain, la créativité n’est pas encore la monnaie courante. Il n’y a pas de centres d’art locaux ou de galeries et le seul programme culturel est relié à l’Institut Français et à quelques initiatives dirigées par des privés. C’est dans ce contexte que Bunny a décidé d’être la portevoix de sa génération et de changer le status quo.

Claude Massassa-Bunny at the opening of AtWork Libreville exhibition at The National Museum

Après avoir participé au workshop AtWork Kampala qui a complètement transformé sa manière de penser à elle-même et à son rôle au sein de sa communauté, Bunny a fondé sa NGO Mukasa et a tout fait pour amener AtWork au Gabon avec le soutien de son équipe et le patronage de l’entrepreneur Tony Mebiame qui a accompagné tout le processus. Dix mois après, 24 jeunes choréographes, designers, entrepreneurs, poètes slam, réalisateurs de film, acteurs, artistes visuels, photographes et éducateurs se sont réunis autour du workshop AtWork Libreville « Where is South? » pour discuter, échanger des idées et des points de vue et pour trouver leurs « Suds » personnels avec pour guide un maestro comme Simon Njami.

Cela n’a pas été une mince affaire, Bunny était fatiguée, était presque sur le point de tout lâcher, mais quand elle a commencé à voir comment, jour après jour, ces 24 esprits devenaient de plus en plus conscients de qui ils et elles étaient et la direction qu’ils et elles étaient en train de prendre, et comment ils et elles étaient en train de traverser les mêmes transformations qu’elle avait vécues un an auparavant, ses doutes ont été remplacés par de la détermination. « Nous devons persister et nous faire entendre, la créativité est la seule chose qui peut nous mener en avant ».

AtWork Libreville "Where is South?" workshop at the Institut Français

Lors de l’inauguration de l’exposition de AtWork au Musée National du Gabon, c’était la première fois que ces jeunes parlaient. Avec passion, ils ont expliqué le processus qui les a porté à réaliser leurs « Suds » personnels sur des carnets à exposer, dont ils ont aussi suivi l’exposition. Ils ont raconté l’importance de la créativité et de l’expression personnelle. Ils étaient inspirés, fiers et sûrs d’eux-mêmes. Et les médias, les ministres, les VIPs ont écouté. Depuis l’ouverture de l’expo, le flux est constant, après tout ce n’est pas tous les jours que l’on peut voir 24 créations de jeunes créatifs contemporains au Musée National.

Aujourd’hui le processus activé par le workshop continue. Les AtWorkers se rencontrent chez Bunny pour discuter de nouveaux projets, s’échanger des idées, pour créer. C’est à eux maintenant d’utiliser les outils qu’ils et elles ont reçu et de faire la différence. L’exposition est tout juste le premier pas.

Reste avec nous pour suivre l’AtWork Tour « Where is South? » pendant qu’il voyage à travers le monde pour inspirer une nouvelle génération de penseurs créatifs!

Partager