AtWork a été un moment pour expérimenter et l’expérience m’a forcée à penser à propos de mon individualité. Combien ma contribution allait à la communauté de l’art, simplement à la communité ou juste envers moi-même.
Ce genre d’expérience de formation non conventionnelle a amené un autre genre de souffle en mon être. Cela m’a amenée à penser à qui je suis et à oublier ce que les autres en pensent. Cela m’a portée à désapprendre tout un tas de choses apprises auparavant.

À travers les workshops et les séminaires, j’ai appris que c’est bien de faillir et de se relever et que je ne suis pas responsable de ce que n’importe qui peut interpréter à propos de mon travail. Avec tous ces stimulus j’ai appris à lire plus, du fait aussi, que bon, tous ceux qui facilitent le workshop sont toujours là en train de te balancer des noms de gens et de situations qui sont importants pour cette génération. Aujourd’hui…Je rêve en tant qu’artiste de vivre une vie sans dette.

J’ai hâte de commencer ma résidence auprès de Rijksakademie van beeldende kunsten en janvier 2018. Pour voir comment mes archives se lient avec mon projet actuel, Letters to my Childhood (Lettres à mon Enfance). Pour connaitre plus de gens, embrasser une pensée critique, surtout dans une institution de hautes études.

“Cela m'a amenée à penser à qui je suis et à oublier ce que les autres en pensent.”

Immy Mali — Participante AtWork Kampala

Partager